Je ne me lève pas trop tôt. Je réponds à ma compagne qui donne des cours en plus de son boulot de professeur pour avoir suffisamment d’argent pour vivre correctement tout en faisant des économies. Elle est très forte et endurante.

De mon côté, j’enchaîne les cafés / clopes du matin. Je suis à la fenêtre mais il fait 4 degrés dehors. J’en reviens à chaque fois congelé.

Demon EyeProphecies and Lies.

J’aimerais bien travailler sur mes projets, mais c’est une journée compliquée. Je dois acheter quelque chose à manger pour ne pas mourir de faim, prendre une douche quand l’appartement sera réchauffé et partir cet après-midi pour assister mon ancienne compagne, ma meilleure amie, pour notre cours d’art martial russe. Je dois faire une heure de car pour aller là-bas, je dors chez elle, notre ancienne maison, avec la petite chachatte que j’ai élevée. Moi j’ai hérité du gros chat qui me révère comme un dieu. Le lundi est donc toujours un peu compliqué d’un point de vue logistique mais agréable pour les discussions franches et intéressantes. Et la semaine prochaine, je dois faire cours tout seul.

Je ne rentre donc que demain matin le plus tôt possible, vers 9h30 chez moi. Il ne fait plus mauvais mais les températures sont glaciales. J’ai intérêt à être bien habillé demain.
Enfin, peu importe, je parle du monde de la survie et ce n’est pas ce qui est intéressant. Juste une routine sociale. Quand il y a des jours comme ça, ma réflexion est quasi nulle et je suis dans l’attente du futur, qui n’existe pas bien entendu. C’est donc totalement ridicule.

Sonic YouthMurray Street.

Quand je dois faire quelque chose de concret dans la journée, c’est comme si mon cerveau se mettait en grève et que je subissais les assauts du monde de plein fouet. Je dois travailler là-dessus et améliorer cette situation qui est aussi mêlée à l’aboulie.

Les gens se lèvent, se douchent s’ils ne l’ont pas fait la veille au soir, naturellement. Pour moi, c’est un challenge important. Tout me posse à ne pas faire cela. C’est idiot, puisque ce n’est qu’une douche de plus. Mais c’est précisément le symptôme principal de l’aboulie. Souvent, mes médicaments ou la drogue m’aident à dépasser cet état de congélation dans lequel je me trouve alors.

Mouth of the Architect — Dawning.

Je finis mon troisième café et je vais à la douche. Je ne peux pas y échapper. Il faudra aussi sortir dans le froid à la quête d’un minimum de nourriture. Quelque chose pour tenir jusqu’à demain au moins.

Ici, je suis honnête, 100% vrai, mais j’avoue que ma réflexion ne tient pas en place, elle m’échappe comme de l’eau entre les doigts. Ce sont les problèmes des journées où je dois être longtemps en mode survie. Ce n’est pas totalement péjoratif, la survie est nécessaire à la vraie vie.

PholeOppositeland (2013).

Ma compagne est épuisée et un peu perdue. On discute un moment, elle s’endort puis décide de se coucher immédiatement, avant 21h. Cela m’ennuie un peu, j’aimerais discuter mais je la laisse libre de se reposer. Elle se réveille à un moment, je la manque d’une minute et elle est repartie. Le jeu du chat et de la souris. Je dois me débrouiller pour faire en sorte que cela n’affecte pas du tout mon mode de vie. Et c’est vraiment difficile en ce qui me concerne.

Bisons B.C.Dark Ages (2010).

Je lâche l’affaire pour aujourd’hui, cela ne sert à rien de ruminer dans le vide.

(Source de l’image : Journey to the Center of the Earth, Michael Lynch)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s