Je me suis levé à 6h30 ce matin pour prendre le bus et aller à Cognac voir mon psychiatre. J’ai été chanceux. Il ne pleuvait pas trop, même si j’étais gelé. J’ai bu un allongé au PMU du coin. J’ai toujours aimé les bon vieux PMU avec les gars qui braillent sur les paris auxquels je ne comprends rien. Ensuite, je suis allé une heure en avance chez le psy. Il a pu me prendre plus tôt par chance, ce qui m’a permis de repartir en bus presque aussitôt et je suis de retour chez moi avant 13h.

Je lui ai raconté vite fait les choses de ma vie sans mentir. Mais je n’étais pas venu pour cela même s’il était content pour moi que j’ai de nouveau quelqu’un à aimer. Il nous reste à nous occuper des papiers à mon retour de voyage probablement. Des papiers pour assurer mes fesses du côté du RSA et autres trucs qui partent en sucette.

Bref, je suis bien fatigué malgré tout. Et je n’arrive pas à capter babe. Je ne sais pas pourquoi elle a disparu depuis deux heures alors qu’elle a dit qu’elle m’attendait. Elle était en train de terminer sa candidature pour le Japon, donc une bonne nouvelle. Elle s’occupe des lettres de recommandation aussi. Elle a mis beaucoup d’effort là-dedans alors que ce n’est pas ce qu’elle préfère. Elle sait qu’elle n’a pas trop le choix mais elle fait cela aussi pour moi car elle sait que le Japon est mon pays favori. Et vivre ensemble là-bas confortablement ensemble serait une bénédiction.

J’ai bu je ne sais combien de cafés aujourd’hui. Babe a fini par me poser des questions étranges sur le futur. Et elle m’a un peu envoyé chié en se couchant. Je ne comprends pas pourquoi. Je vais éviter de cogiter dessus, cela ne sert à rien du tout. Je suis vraiment fatigué en plus, il serait plus malin pour moi d’aller dormir et d’oublier un peu tout ce qui se passe. De me recentrer sur mes affaires. Je sais que les choses ne vont pas bien en ce moment. Pas la peine de penser à plein temps à ces choses qui n’ont de valeur que pour quelques heures. J’aimerais bien que babe sorte de son cauchemar permanent. Il ne nous reste plus grand-chose et cela me rend vraiment triste. Les occasions de se réjouir deviennent tellement rares. Je suis obligé maintenant de protéger mes arrières alors que les choses étaient claires depuis longtemps, presque un an et demi. Elle est en pleine dépression de circonstance (liée à des faits, contrairement à la mienne qui est indépendante de ce qui se passe, qui est chronique).

Je viens de voir que l’un des projets que je pourrais avoir ne pourra jamais servir, même pour me débrouiller un peu. Je comprends, à la lumière de ce jour aujourd’hui chez le psychiatre aussi que jamais aucun projet n’aboutira venant de moi. Cela m’est interdit par mon propre esprit. J’ai beau combattre sans relâche, il y a un moment où il faut bien s’avouer vaincu. Il ne reste alors que la littérature, que mon état ne me permet pas de faire vivre, mais dont j’ai déjà fait de beaux essais, jamais terminés, mais bien avancés. Avec un peu plus de joie et de motivation, je pense qu’il sera possible un jour de faire cela. Probablement pas pour le moment. Enfin, cela ne me coûte rien d’essayer.

Je peux désormais ne penser à rien d’autre, avec une assurance possible dans mon dos. Rien n’est certain mais ce sera cela ou rien. Si je suis à l’étranger, les choses changeront certainement, mais si je ne le suis pas, il ne me restera que cela. Chaque jour, essayer un peu plus d’écrire correctement (je ne parle pas du blog). Il restera les tâches pour faire la transition, les tâches habituelles, et un peu de détente quand je le peux.

La détente est simple et minimale. Comme j’abandonne la drogue, il m’est plus facile de faire des choses plus intelligentes et ne pas subir le divertissement. Je n’ai déjà pas de télévision, ce qui est une bonne chose. Je déteste vraiment cela. Et je devrais au possible éviter de perdre mon temps avec des images mouvantes. J’ai vraiment besoin de lire plus, comme avant, quand le monde n’était pas si chargé et vaste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s