InverlochDistance / Collapsed (2016) • Analog – Harder • 3/5

Je me suis endormi vers trois heures du matin avec babe qui était dans son propre matin mais plus tard et je me lève vers neuf heures. Je ne manque rien de la journée au final. C’est un timing parfait. Je me lève et je me couche avec elle malgré le décalage horaire. Et travailler de nuit est ce qui me plaît le plus. Je ne me sens pas plus fatigué que d’habitude. Je discute un moment avec babe, avant les cours particuliers. Là, elle semble être arrivée et semble déconnectée. Du temps pour faire les petites choses nécessaires et trouver de nouvelles ressources plus intéressantes.

Je suis de bonne humeur, même si je n’ai pas compris la dernière joke de babe. Mes références cinématographiques sont vraiment faibles. J’attendais un contrecoup aujourd’hui, du genre se sentir très mal à force de répéter que je ne suis plus dépressif et que j’embrasse pleinement ce que je suis, ce qui ne doit pas poser de problèmes. Au contraire.

Les sources ne sont pas vraiment faciles à trouver. Je vois des lieux intéressants, mais jamais suffisamment. Le monde tel qu’il est décrit par mes contemporains n’est pas très intéressant ou quand il l’est, il est vraiment dispersé dans divers lieux. Je ne pense pas avoir le temps ni l’énergie pour tout voir, tout le temps, tous les jours. Cependant, je dois quand même améliorer mon écriture et mes journées.

MilieuFugue State Phases (2017) • Digital – Soft • 4/5

Il fait gris comme d’habitude mais trop froid pour de la pluie. La moitié Nord de la France est sous la neige. Ici, on n’en a que l’odeur. La neige, ça occupe les gens, ils oublient alors le reste et les journaux en parlent, ce qui n’a aucun intérêt.

J’hésite sur les lieux et le sujets à traiter. Pour l’instant, ce n’est qu’un journal personnel. Bien sûr, il en sort quelques idées, mais cela ne me suffit pas en l’état. Si je fais cela sérieusement, je dois alors aller plus loin. Je garde bien sûr le même aspect, le long format qui intègre des moments intéressants. Je n’utilise pas assez de références, de liens vers d’autres choses intéressantes, des découvertes. Et je pense au fait que l’international est plus intéressant que ce qui se passe dans mon pays et qui n’a strictement aucun intérêt la majeure partie du temps.

On parle digestion, constipation etc. avec babe. J’aime le fait que l’on soit assez proches et libres pour parler de choses triviales comme cela. Même sans avoir vécu longtemps ensemble, nous sommes déjà francs sur tous les sujets possibles. C’est tout de suite plus pratique quand je vais là-bas. Pas du tout le même sentiment d’être coincé du cul quand on commence une relation. Le fait que nous parlions sans cesse depuis un an et demi nous a déjà permis d’évacuer tous les sujets sensibles ou basiques comme cela.

Mind IneffabilityProphecies of the End (2017) • Analog – Harder • 4/5

En mettant le chauffage fort, je n’arrive pas à dépasser les vingt degrés dans l’appartement. Personne ne semble chauffer en-dessous, cela n’aide pas. J’augmente encore la puissance de la chaudière, vers un seuil que je n’atteint en général jamais. Ma facture de gaz va être pénible. Puisque je vis en permanence dans mon appartement. Pas comme les gens qui travaillent dehors et qui peuvent laisser la température baisser pendant la journée. De plus, rester devant un computer immobile n’aide pas du tout à se réchauffer. Il est donc temps de se faire un thé j’imagine. Oui, cela aide un peu.

Je repense à la dépression et au fait que mon changement de vie absolu a probablement résolu le problème. Je me sens seulement addict aux antidépresseurs. Je vais essayer de les réduire petit à petit. Cela met des années quand on est dosé comme moi. J’explique tout ça à babe.

Mind Over MidiPolyphony SSE01 (2014) • Digital – Ambient • 4/5

Je bois encore un thé. J’atteins péniblement les 21 degrés. Je n’aime pas avoir froid quand je « travaille ». Babe est rentrée à la maison. Elle parle à d’autres gens, je la laisse tranquille un moment. Il n’est pas bon du tout de harceler la personne que l’on aime. L’anxiété nous fait toujours croire que si la personne aimée ne nous répond pas, n’est pas présente pour nous tout le temps, c’est qu’il y a un problème. Mais c’est l’anxiété seulement qui parle dans ces moments-là. C’est pourquoi je travaille à régler un des problèmes de cette maladie en essayant de changer ma manière de percevoir mes relations avec les autres. Ce n’est pas facile. L’anxiété est à mon sens bien plus perfide et difficile à gérer que la dépression. De plus, j’en ai la preuve en ce moment.

DespiteSynergi (2016) • Analog – Harder • 3/5

Babe et moi faisons un peu de teasing en attendant de sauter dans le lit à la première occasion. Même dans le Uber, il est fort possible que nos mains s’égarent. On a fantasmé là-dessus lors de ma première arrivée, tous les deux. On désirait la même chose, violemment. Cette fois, nous n’y manquerons pas. Cela me met encore de meilleure humeur.

Ruby The Hatchet — Aurum (2015) • Analog – Regular • 5/5

Babe se couche, je sors faire les courses nécessaires en oubliant le principal mais ce n’est pas grave. Je fais une sieste bienvenue en rentrant. Je me réveille tout seul au bout d’une grosse heure mais je sais que ce ne sera pas suffisant. Je pense tenir deux heures encore debout, refaire une sieste pour de bon et me réveiller pour bosser de nuit, ce qui sera bien meilleur. Déjà, je sais que je vais essayer de lire des papiers intéressants dans Medium, qui m’a toujours semblé une bonne plateforme d’écriture même si je préfère avoir mon blog personnel, à l’ancienne et sans être coincé dans le format ou quoi que ce soit. Je vais d’abord fumer une cigarette et je mets la musique un peu plus fort dans mon casque. Je me demande si je ne vais pas tout simplement me recoucher immédiatement, après avoir mangé deux gâteaux. Je sens que je ne suis pas encore prêt pour le moment, même si la musique est importante.

Je ne suis pas assez décalé aujourd’hui pour avancer aussi bien qu’hier. Je suis en mode recherche. Je cherche à découvrir de nouvelles choses qui viendront alimenter mon esprit. Il fait froid aussi. Deux degrés de moins qu’hier, je ne peux pas être aussi détendu dans ces conditions. J’écoute de nouveaux disques sans trop savoir quoi garder ou quoi jeter. C’est plutôt un bon signe par contre. Rechercher des choses est aussi intéressant qu’écrire et c’est finalement nécessaire pour avoir une matière à modeler, à caser en soi, sans le moindre préjugé.

Le jugement n’intervient que lorsque quelque chose peut être mauvais pour nous. Il est inutile de juger quoi que ce soit qui ne nous concerne pas au plus profond de nous. Pourquoi juger une voiture lorsque l’on est piéton. Il faut déjà avoir un intérêt à la chose que l’on juge. On décide, c’est intéressant pour moi ou bien cela ne l’est pas. C’est aussi simple que cela. Les zones grises n’existent pas ici.

Harms WayPosthuman (2018) • Analog – Harder • 4/5

Dans un article bien racoleur, l’un des journaux les plus connus de France proposait un sujet : que faire après le p0rn ? Sérieusement ? Il y a vraiment n’importe quoi dans les journaux et cela me faisait ensuite penser au problème de la soumission en général, à celle aussi que les gens ont pour les personnes « plus hautes » dans la hiérarchie (peu importe sur quelle échelle de « réussite »). Les gens se soumettent tous seuls aux personnes dominantes socialement. C’est absurde. Réussir est déjà très louche comme concept, alors ce soumettre à cela, c’est simplement absurde.

Je mange de la junk food parce que je n’ai pas de pain. J’ai froid, l’appartement n’est pas assez chaud. Je fume une cigarette, le temps de me faire un thé. Cela me fera du bien ce soir. Je n’arrive pas à dormir alors je reprends le cours des évènements en pleine nuit. Il est encore tôt, je peux avoir beaucoup d’autres choses à lire, écouter… Je ne dois pas faire vraiment de hiérarchie dans les affaires. J’ai mes mantras bien alignés chaque matin, les choses de la vie sont simples dans mon cas. Je suis reconnaissant encore parce que je me sens bien. Est-ce que je peux continuer comme cela encore longtemps ? J’ai aussi envie de partir pour parachever mon être. Ou bien pour repartir ailleurs, peu importe finalement. Se mettre n’importe quelle pression est ridicule. Je dis ça tout haut à mon anxiété qui n’est pas d’accord avec moi.

Le thé me fait du bien, j’aime le thé, même plutôt bas de gamme, je m’en moque. Un Earl Grey noir se déguste à toute heure, à partir de la fin de la matinée. Cela jusque tard dans la nuit. Certains diront que cela risque de me tenir éveillé. J’espère bien tiens ! Je mets même de force la lumière de jour du laptop, plus bleue, qui nous tue les yeux la nuit et nous tient debout, contrairement à la lumière de nuit, qui est orangée et qui n’est pas nuisible ni pour les yeux, ni pour se coucher. Tout cela, je m’en moque un peu, mon traitement de texte est sur fond noir, comme un éditeur de code. Le mode sombre est parfait. J’écris dans Ulysses sur un MacBook pour ceux que cela intéresserait. Plus j’avance dans mon thé, mieux je sens encore. Merveille de la nature.

IonA Path Unknown (2018) • Analog – Harder • 4/5

Comme je suis en recherche ce soir, j’ai du mal à m’appliquer pour écrire. J’ai envie en plus de faire d’autre choses. Je suis très absorbé par la musique que je teste. J’ai envie d’acheter l’extension de WoW et de changer un peu d’air par rapport à ce que j’ai fait ces derniers temps dessus (je ne joue plus vraiment souvent depuis Pandaria mais je me sens bien dedans). Même si je suis certain que je ne serais pas assez régulier pour monter à 110 et encore moins à 120. Cela ne me dérange pas. Je me rends compte que je ne suis pas pauvre pour le moment. Je peux payer pour du contenu comme ça, cela ne me dérange pas. Payer du contenu est quelque chose qui est devenu habituel sur le web, payer chaque mois, en abonnement. Je pourrais être abonné au Monde, au moins pour de l’information basique, mais leur pingrerie m’énerve. On peut s’abonner en ligne très rapidement. Par contre, pour se désabonner il faut envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception. Rien que ça. Ils sont tarés. Après ils se demandent pourquoi la transition vers le dématérialisé ne fonctionne pas.

Je traîne sur Medium, bien snob et gauchiste (pour des US), un peu comme moi, même si je suis plus anarchiste que gauchiste au final. Je me dis bêtement que cela aurait pu être un bel endroit vivant pour publier mon journal. L’application que j’avais essayée online à la création de Medium m’avait emballé. Bon, c’est globalement uniquement en Anglais, ce qui ne me dérange pas, mais c’est dommage quand même. Je pense aussi qu’il faudra que je vérifie clairement la sérendipité du media parce que je cherche des choses qui changent de ce que je vois déjà d’habitude et qui finissent par me rendre malade. Malgré tout, je considère qu’avoir son propre blog est plus important, avec son propre domaine etc. Quoi qu’il en soit, je vais regarder d’un peu plus près dans cette direction dans les prochains mois. Mais il faut vraiment plus de sérendipité dans mon quotidien et donc dans ce journal.

Le disque que j’écoute est long et intéressant. Il fait un degré dehors, pas de quoi avoir chaud. Je ne m’en sors pas si mal. C’est un beau temps de nuit hivernal, avec quelques flocons légers qui volètent parfois. Pas de pluie dans un froid relatif qui ne donne envie que de se coucher et de dormir. Je reste fatigué quoi qu’il en soit. L’adaptation à un nouveau décalage horaire n’est pas une chose facile. J’ai l’impression qu’il est temps de dormir, ce qui est vrai puisqu’il est 22H54. Mais non, je vais attendre que babe se lève. Je vais essayer. Attention, je ne dois pas m’obliger à faire des choses. Je peux adapter ma vie, mais pas la contraindre, c’est contraire à ce que je prône.

bow churchCanon (2018) • Digital – Regular • 3/5

Babe est en route pour le boulot. On échange quelques mots, on se motive chacun, ce qui me paraît toujours délirant alors que je suis quelqu’un qui passe beaucoup de temps à soutenir les autres. Mais pour soi, cela ne fait pas pareil. Mon anxiété dit que j’ai volé cette motivation extérieure à être ce que je suis vraiment. J’en suis vraiment reconnaissant.

Howlin’ SunHowlin’ Sun (2018) • Analog – Regular • 4/5

Je lis des articles mais je n’ai pas grand-chose à en dire. Si ce n’est que je devrais probablement écrire autrement, sous une autre forme. Je peux garder le style avec quelques ajustements mais il n’est certainement pas possible d’écrire des pavés comme ça tous les jours. C’est indigeste au possible. Et je dois choisir (ou trouver une solution pour les deux) entre le blog et le livre (même si le livre a le droit d’être spécial aussi).

J’ennuie un peu babe mais elle ne le prend pas mal du tout. Je lui pose trop de questions sur comment faire, combien d’argent etc. pour une belle vie ensemble. Mais c’est le petit matin et elle commence le boulot, je ne dois pas la harceler, une fois encore.

Je finis par me coucher après deux heures du matin, fatigué.

(Source de l’image : )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s