Hier, c’est moi qui ait paniqué en bon malade que je suis. Pour cette fois, c’est babe qui a dû me rassurer. J’ai quand même réussi à dormir pas trop tard dans le milieu de la nuit. Je me lève aussi à une heure raisonnable. Le chat est seul maintenant, il se retrouve seul avec moi. Il m’aime inconditionnellement donc ça va encore, mais quand je vais partir, il va m’en vouloir. Et si jamais je le laisse dans quelques mois, je n’imagine même pas les problèmes pour nous deux. Je vais essayer de ne pas y penser. Mais ce matin, je sais que je suis angoissé encore, moins qu’hier, mais encore. Tout à coup, le voyage m’apparaît comme difficile, alors que je l’ai déjà réussi. Je devrais être rassuré par cela, mais non en fait.

Somali Yacht ClubSea (2018) • Analog – Regular • 3/5

J’ai des choses à faire aujourd’hui pour me préparer. En définitive tout est à faire dans l’appartement à moitié dévasté par trois semaines avec deux chats. Il ne fait pas beau, de toute manière mes volets sont principalement fermés, je ne sais même pas ce qui se passe dehors, je suis comme dans une cave.

Je n’ai pas retrouvé mon ancien adaptateur électrique pour Manille, mais j’en ai trouvé un autre de meilleure qualité qui devait accompagner un mobile dans le temps. J’ai une liste de tâches à faire infinie, tellement grande que je ne sais même pas par quoi commencer. Pour le moment, je suis encore trop fébrile pour commencer. J’ai du mal à écrire. Médicaments en attente d’effet, nicotine en dose trop faible, café (bon le café ça ne me fait rien). Babe ne fait qu’entrevoir mon premier message du jour. Elle doit être dans les transports en commun. Oui, elle va à son prochain tutorial puis sa journée sera terminée. Et la mienne ne fait que commencer. C’est usant.

Je me plains alors que mon existence est bien plus facile que la sienne. C’est injuste de ma part. Heureusement, elle comprend que ce n’est qu’une angoisse passagère, je l’espère. Cette fois-ci, c’est son rôle de me maintenir la tête hors de l’eau alors que normalement c’est le contraire. D’un côté, cela lui permet de tenir aussi et moi de ne pas la laisser s’apitoyer. Elle me promet tous les délices quand je serai là-bas.

Babe donne son dernier cours maintenant pendant une heure, puis il lui faudra une heure pour rentrer chez elle. C’est vraiment usant pour elle. Quand je serais là-bas, mon appartement sera à mi-chemin, ce qui fera beaucoup plus court pour elle. Elle est heureuse de cela. Il faudra que je la cajole et la laisse se reposer tranquillement quand elle rentrera du travail, parce qu’elle ne sera pas en vacances tout le temps. D’ailleurs, seulement une semaine sur le mois. Je vais avoir beaucoup de temps. J’emporte mon laptop pour écrire même si je rechigne à le trimballer de peur de l’abimer. Je ne devrais pas être aussi snob sur la perfection de mes appareils. D’un autre côté, je les utilise en permanence et j’aime avoir ce confort en ce qui concerne ces objets vitaux pour moi.

Pour le moment, cafés et cigarettes. Il faudra sortir faire des courses nécessaires, la pharmacie en premier probablement. Il faut que j’arrête de fumer rapidement maintenant. C’est temporaire, je reprendrai à mon retour parce que je m’en moque. Il n’y que quand je suis avec babe ou A que je ne fume pas pour ne pas les déranger et par la même occasion ne pas me nuire tout seul à galérer pour trouver un coin pour me rouler une cigarette et la fumer sans déranger personne. Je me souviens qu’en fait non. Je ne reprendrai pas la cigarette à mon retour. Par contre, je fumerai un tas de pétards comme quand j’étais adolescent. Vivre comme cela est une bonne chose pour moi. Je sais que les gens trouvent que ce n’est pas bien. Personnellement, je n’embête personne quand ils boivent de l’alcool, chose merdique que je ne touche plus depuis longtemps.

OrbsPast Life Regression (2016) • Analog – Hard • 5/5

Je suis incapable de bouger mes fesses. J’ai l’impression qu’il y a trop de choses à faire et que je ne vais pas y arriver. Je suis sale aussi. Je devrais ne faire que le principal et tant pis pour les détails. Assez de cafés et de cigarettes, je commence à être dégoûté.

Svart CrownAbreaction (2017) • Analog – Harder • 3/5

Le chat ne fait que dormir. Si cela se trouve, j’ai aussi besoin de dormir. J’ai froid, je me sens comme si j’avais la grippe. Je ne fais rien. J’ai essayé de manger un peu de petit déjeuner en me disant que cela aiderait, mais non. Babe rentre chez elle, à pied aussi parce que c’est encore plus long en bus et en Jeepney. Le temps passe très vite. 11h17. Il pleut des cordes maintenant. Je peux encore moins sortir. Je devrais commencer ma valise en mettant peu importe quoi dedans, des fringues, un peu, pas vraiment beaucoup. Je me dis que j’achèterai des choses sur place plutôt que trimballer des habits qui puent la clope et qui ne me vont pas bien, selon les standards à Manille. Babe m’a d’ailleurs acheté des t-shirts, c’est toujours cela de pris et de quoi alléger ma valise.

Il semblerait qu’il fasse meilleur en fin de journée, alors je sortirai à ce moment pour la pharmacie et peut-être quelque chose à manger. Le temps est chaotique, parfois il fait beau, parfois il pleut beaucoup, il y a beaucoup de vent et il fait froid. Babe est occupée. J’ai dormi une heure avec le chat. Je bois un thé et je fume une cigarette. Je commence les patchs ce soir après la douche. Je me sens un peu mieux après cette première sieste. Si cela se trouve, j’étais simplement épuisé, ce qui est fort possible ces derniers jours.

L’une des choses que je ne négocie pas, c’est mon sommeil. Si j’ai besoin de dormir dix heures dans une journée, je le fais, sans me sentir coupable. Je n’ai pas eu l’occasion de dormir suffisamment avec tous les problèmes ces derniers jours. Cela peut être la raison de mon malaise. Je pense même dormir encore cet après-midi. Ce n’est même pas grave si je ne sors pas. Je peux m’occuper de certaines affaires cette nuit au besoin.

Par ailleurs, je suis sale (surtout mes longs cheveux) et tout est crade dans l’appartement. Des poils de chat de partout, la caisse à faire etc. Déjà, si j’y voyais plus clair dedans, cela me permettrait d’être plus à l’aise.

PersefoneAathma (2017) • Analog – Harder • 3/5

Babe était occupée, on se voit un court moment, elle est épuisée et on se dit bonne nuit. Mais elle me recontacte alors que je commençais une nouvelle sieste pour me dire qu’elle ne peut plus rester dans la maison maudite, une fois de plus. J’essaie de trouver des pistes mais elle est trop fatiguée pour le prendre bien. Elle souffle donc le chaud et le froid et me laisse tomber assez durement. Je mange des pâtes alors et ensuite seulement je vais me coucher. J’ai l’impression que je pourrais dormir mille ans. Je me lève à nouveau, le chauffage marchait assez fort. Il fait donc chaud mais je prends un Tramadol et un thé pour me motiver. Je remets mon casque sur les oreilles pour finir l’album en cours. Je me tâte pour savoir si je passe rapidement l’aspirateur. Ou bien si je prépare une liste et que je commence ma valise, ou encore si je prends une douche assez tôt. Je ne sais pas vraiment. Je pense que je vais plutôt essayer de passer un rapide coup d’aspirateur qui n’aspire plus grand-chose avant de commencer mes affaires. Aspirer, prendre une douche. Pourquoi tout cela est-il difficile ? Je devrais être excité de partir mais je suis plus angoissé qu’autre chose.

Bref, je bois mon thé en me maudissant de me sentir si mal. Demain, je dois faire un peu la caisse du chat car ils étaient deux. Je ne comprends rien à ce qui se passe autour de moi. Je réponds à un message d’A2 qui a des problèmes de santé et qui bosse en même temps. On n’a pas pris le temps de se capter dans ces deux dernières semaines. Je crois qu’on avait tous les deux suffisamment de merdes à gérer. Mais je l’aime vraiment beaucoup, c’est une très bonne amie.

DomoYamantaka

Je me suis tondu court la barbe (je ne me rase jamais, ma peau est trop sensible) et j’ai finalement réussi à prendre cette maudite douche. Je mets un patch en espérant que cette fois sera la bonne et que je ne fumerai plus rien avant de partir. Je vais ranger mon tabac et tout, histoire que cela ne me tente pas dans un moment de faiblesse, puisque tous les moments sont de faiblesse aujourd’hui. J’ai préparé une liste de choses à faire, c’est jouable. Les poils de chats, plus rien à foutre. Depuis que je sais que je dois quitter l’appartement et que j’ai l’impression d’être maudit, je me moque d’à peu près tout.

Eight BellsLandless (2016) • Analog – Regular • ?/5

Je pense que je vais jouer ce soir parce que de toute manière rien ne fonctionne aujourd’hui, encore une fois. Et la chatte avant de partir a allumé le gros computer pour moi en marchant sur le bouton de marche / arrêt. La machine s’est mise en veille toute seule mais bon, elle est prête à être utilisée. Après la douche, je me sens fatigué, mais c’est normal, la douche me fait toujours cet effet. Mes cheveux sont mouillés encore mais je n’ai pas froid même sans le chauffage. Cela viendra plus tard, quand je me serai refroidi, parce que je prends toujours des douches brûlantes. 20h47. Je dois attendre que babe se réveille ou soit au boulot pour son matin. Elle s’est couchée vraiment très tard mais n’a pas voulu me parler. Elle a lu mes messages sur Telegram. Je n’y comprends rien, c’était au milieu de sa nuit. Elle va être encore plus fatiguée, ce qui n’est pas une bonne chose, pour personne.

Je viens de jouer un peu. Cela m’a fait un peu du bien de me détendre. Je mange un peu ce qui traîne, autrement dit vraiment pas grand-chose, je suis obligé de sortir demain pour faire des courses, même si le temps est foireux. D’un autre côté, je me dis que je vais les faire à côté, pas en bas de la ville, même si c’est bien plus cher sur le plateau, mais je crois que je m’en fous complètement.

Ces jours-ci, je me sens triste et inutile. Je me dis de plus en plus que je ne sers à rien, et que je ferais mieux de m’enfermer dans une cave quelques part n’importe où, avec internet, de la junk food, devenir gros et ne plus voir le monde, jamais. Pourtant, des gens m’aiment, me le disent, mais cela ne change rien. Ils m’aiment mais ils ont leur vie, j’ai l’impression de les déranger, ce qui est faux mais on s’en moque de ce qui est vrai ou faux quand on est fou.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s