HoleLive Through This (1994) • Analog – Regular • 4/5

Je dors quatre heures environ mais aujourd’hui je suis seul et je peux faire la sieste autant que je le désire. Quelques courses à faire nécessaires. Pas grand-chose, du vraiment nécessaire. Pour le reste, je suis seul et tranquille. La solitude semble être désormais mon unique planche de salut, une forme d’entéléchie.

Heyoka’s MirrorLoss of Contact With Reality (2017) • Analog – Hard • 3/5

J’aime les gens quand ils sont loin de moi. J’aime les gens quand ils sont sur internet. Le monde physique a tendance à me dégoûter. C’est un peu comme si cela ruinait tout intérêt possible à un échange. C’est édifiant de constater comme les personnes en lignes sont différentes quand on les rencontre. C’est en général très décevant. Je fais semblant d’être aussi intéressé qu’online, mais rien n’y fait. Le monde physique est aussi intéressant qu’un poisson mort. Il en est de même en ce qui me concerne, je ne fais pas le difficile. Je suis certainement plus intéressant quand j’écris que quand je parle. Imaginez un peu l’ennui mortel face à face. Au moins, de manière dématérialisée, vous pouvez toujours aller faire autre chose de plus intéressant que de m’écouter parler.

Je pense aux Français et à leur réputation de désintérêt, voire de suspicion quant aux relations sociales molles. Et quand je vois le système américanisé à Manille dans les écoles, je comprends mieux pourquoi nous avons ce fossé avec le reste du monde. Nous rendons à peu près tout le moins excitant possible. Nous ne sommes jamais récompensés, motivés dans notre enfance et notre jeunesse. On finit par se foutre de tout. Le reste du monde possède ses rewards pour tout et n’importe quoi. Mais nous, non. Je suis spécialement touché par ce phénomène, personnellement, au plus profond de moi.

Goblin CockNecronomidonkeykongimicon (2016) • Analog – Hard • 3/5

Maintenant que j’ai discuté en ligne avec la Thaïlande (oui c’est bizarre), que j’ai mangé un peu n’importe quoi de facile que je pouvais trouver dans l’appartement, j’écoute toujours de la musique et je suis plus gentil. Je vais finir par me détruire le ventre avec un dernier café, par dessus du soda trop sucré et de la junk food minimale. Je vais finir par me sentir malade pour le restant de la journée. Toujours ce corps maudit et cette volonté molle. Si au moins je pouvais fumer… Cela me manque tellement. Je sais que ce n’est pas meilleur que ce que je mange, probablement au même niveau de nuisance physique. Je me demande quand mes dents vont vraiment commencer à être détruites, à un niveau qui requiert une assez grosse intervention du dentiste que j’évite depuis des années. On va essayer d’oublier cette vision cauchemardesque.

Je devrais faire une liste de ce qui est vraiment indispensable dans mon existence et me débarrasser du reste, d’une manière ou d’une autre. Je pourrais par exemple louer un espace pour mettre mes affaires en général, vendre et donner ce qui peut l’être. Mais j’avoue que je suis déjà bien avancé dans ce domaine. Je n’ai vraiment pas beaucoup de choses que je traîne bêtement avec moi. Mon minimalisme est presque suffisant, pas totalement, mais je peux en être fier. Ici, à part de la musique et du texte dématérialisés, je n’ai rien d’autre. Un laptop, un cellphone, rien de plus.

Je pense que je vais rendre aussi minimales les choses que j’ingurgite. Comme la café. Je n’ai pas besoin de café. Pourquoi diable j’en bois autant ? Je le sais. C’est parce que d’abord je mets du sucre dedans, donc je me gave de cette drogue dure, d’autre part, un Freudien dirait que je suis coincé au stade oral ou une connerie du genre. En gros mettre des choses dans ma bouche, pour être ultra large. Je devrais me lever, boire un thé en mangeant un truc neutre, me laver les dents et me contenter de fumer tranquillement ensuite, parce que oui, je garde la cigarette. Cela doit faire une dizaine de jours que je n’ai pas fumé. C’est probablement aussi cela qui me met de mauvaise humeur. Les patchs font le job minimal en me permettant de rester à peu près humain, mais c’est tout juste.

Inter ArmaParadise Gallows (2016) • Analog – Hard • 4/5

Les gens sont occupés. Tant mieux. Je finis par faire une sieste d’une heure, des courses rapides et manger un truc qui se tient parce qu’il a été cuisiné par quelqu’un d’autre qui n’est pas là. Je ne sais pas quand je reverrai cette personne, nous verrons bien. Il est difficile d’écrire après avoir mangé. J’ai plus envie d’une autre sieste. Je n’ai pas chaud dans l’appartement qui normalement devrait faire tourner l’aircon à fond mais non, je mets juste un peu le ventilateur. Je pense même que je peux tout éteindre pour ne pas avoir de bruit pendant la sieste. Oui, je vais dormir encore, je n’ai pas la force de faire autre chose et de toute manière, il ne se passe rien qui m’intéresse d’un côté ou de l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s