IntrovertA Collection of Failed Attempts to Breathe (2017) • Analog – Harder • 3/5

Je me lève à cinq heures du matin, mais au moins j’ai dormi presque toute la nuit. J’ai un peu mal au ventre mais c’est parce que j’ai mangé trop de sucre hier soir. Je dois vraiment faire attention à cette drogue terrible. Je passe directement au Pepsi sans sucre, mais je sais bien que ce n’est pas meilleur pour ma santé. Au moins, pas de vrai sucre dedans. Mais probablement des cochonneries qui filent le cancer ou je ne sais quoi. Peu importe, je ne pense pas faire de vieux os dans cette vie.

Je suis seul pour deux jours. Un malentendu avec des personnes a fait qu’ils croyaient que j’allais passer tout le week-end chez une personne alors que je pensais que je rentrerai tous les jours au condo. Résultat, trouver un endroit plus connu avec un Uber qui bosse pour Pâques, pas facile. Et désolé de ne pas avoir compris mes hôtes. Mais j’étais à court de médicaments, ce qui n’est pas négociable. Sans compter que le condo a été nettoyé pendant mon absence.

Je mets l’aircon à fond pour faire fuir les cafards qui sont inévitables à Manille. Ils restent petits dans l’immeuble et ils n’aiment pas le froid. J’en ai vus des énormes dehors. Et je me retrouve en veste polaire de chez moi, ce qui est très drôle dans un pays aussi chaud. Mais la saison est clémente à cette période.

6h40. Il est temps que je passe à nouveau du temps à réfléchir à ce que je vais faire par la suite au niveau de l’écriture et de la musique. Surtout de l’écriture. Le Flux est quelque chose de personnel, qui me définit en tant que personne unique. Je ne raconte pas vraiment ma vie, je n’implique pas les gens, ce sont plus des Ruminations solitaires pourrait-on dire. C’est une vie solitaire qui s’étend chaque jour. Je suis le cours du Flux et lorsqu’une idée intéressante se présente, alors j’en fais un article probablement.

Je ne suis pas encore sûr de moi. Il faut avouer que le Journal était plus intéressant et que je pouvais parler de plus de choses. J’ai le sentiment que je dois retourner dans cette direction. Je suis un peu perdu à vrai dire. Un Journal complet qui me définit et des articles au milieu quand se présentent à moi, des réflexions, des réactions à ce qui se passe. Le tout sur le même site, mais en alternance. Publier chaque mois le tout, d’un seul bloc, qui comprend tout. Pourquoi pas ? Cela se rapproche de ce que je désirais faire à l’origine. C’est un peu comme si je pouvais publier ce que je pense pour Medium mais qui me fatigue parce que je dois le faire en Anglais et que même si je maîtrise assez bien la langue, ce n’est pas suffisant pour avoir un style créatif et de bonne qualité. Donc je devrais réagir ici, bizarrement. Et donc en faire des articles. C’est assez intéressant quand j’y pense. Je passe à l’eau, ce qui est meilleur, même si cela devrait me détruire puisqu’elle vient du robinet, mais l’immeuble est assez clean pour que je la boive.

Je repense aux réseaux sociaux, que j’abandonne sans problème, tous, peu à peu. Je n’aime pas ce qu’ils sont devenus. Je n’ai d’ailleurs jamais aimé ce qu’ils étaient. Je ne m’en occupais pas trop, mais là je m’en débarrasse vraiment. J’attends avec impatience le moment où je vais me retrouver vraiment seul dans un nouveau petit appartement. J’ai un besoin urgent de solitude. Qu’on me laisse tranquille, dans mon coin, écrire pratiquement à plein temps avec la carte joker de mon psychiatre et un RSA d’assisté ou mieux une AAH qui correspondrait alors réellement à ma situation, à ma pathologie. Mais comme rien ne fonctionne, je me retrouve dans une situation médiane assez désagréable.

InterpolOur Love To Admire (2007) • Analog – Regular • 4/5

C’est terrible, je ne peux vraiment pas me passer de cafés pour tenir debout. Si seulement je pouvais m’en griller une. Si seulement je pouvais me retrouver vingt ans en arrière. J’ai vraiment merdé dans mon existence. Socialement surtout, ce fut un désastre. D’où ma solitude qui me convient bien mieux. Pour le reste aussi j’ai merdé d’ailleurs. J’aurais vraiment dû me concentrer directement sur l’écriture quand j’étais encore bon dans le domaine. Aussi, ne pas avoir de relations amoureuses, plus de sexe, rien. Une vie d’ermite, tout simplement. Les gens attendent tellement de nous quand on est plus jeunes.

Je me sens désormais fatigué, une fois de plus. Mais je vais essayer de ne pas dormir. Je n’ai pas de nouvelles de babe, elle doit se faire plaisir à Bangkok, tant mieux pour elle, cela lui fait du bien de voyager et de voir comment marche le monde ailleurs, même si ce n’est pas vraiment loin.

Finalement, je ne change pas vraiment mon écriture, c’est idiot. J’en reste à un Journal. Le Flux est juste un mot plus joli pour décrire ce que je fais ici. Je n’ai pas besoin de cela.

iamamiwhoamiBounty (2013) • Digital – Regular • 4/5

Babe se réveille très tard à Bangkok, ce qui est rare. Tant mieux si elle peut enfin se reposer une peu. Nous avons tous les deux besoin de repos. J’ai un peu faim mais je ne sais pas quoi manger. Il est bien trop tôt pour acheter des choses. sauf si je vais au 7/11.

Apparemment, j’étais éclaté puisque j’ai dormi deux heures en pleine matinée. J’ai manqué des messages de babe au passage. Ce n’est pas très grave, pour une fois que c’est de mon côté. Elle est à ses conférences etc. Je reprends donc l’écriture. Les gens veulent que je sorte mais je préfère écrire. Les gens veulent que je mange telle ou telle choses, mais je préfèrerais ne pas. Ils ne sont pas là de toute manière. Je m’en moque. Je vais peut-être manger les fruits, ce qui ne serait pas mal, même si je ne les reconnais pas tous.

J’ai un peu de mal à émerger, mais je ne me sens pas trop mal. Apparemment, j’avais besoin de ce sommeil réparateur. Maintenant, il faut… non, il ne faut rien du tout, je fais bien ce que je désire. Est-ce que je lis des choses ? Je n’ai rien à écrire de plus pour l’instant.

Hope For The DyingAletheia (2013) • Analog – Hard • 3/5

Je cuisine quelques trucs mais rien n’est pratique ici. J’abandonne par énervement. Je mange du riz et des sardines épicées. Je balance le reste qu’il est impossible de cuisiner ou qui est déjà trop vieux. C’est étonnant pour moi d’être toujours en colère. Je ne sais pas d’où cela sort. Je ne suis jamais en colère. Je suis dépressif, angoissé, ce genre de choses, mais très rarement en colère. Là, tout m’énerve. Même pas un couteau correct pour peler une pomme. J’essaie avec un couteau de merde à dents, à la moitié de la pomme, je balance le tout tellement ça me gave. Je finis par boire un grand café, on dirait que je ne suis pas capable de plus. J’ai encore envie de dormir, comme d’habitude après un repas. J’ai mangé suffisamment et des choses basiques pour être satisfait pendant toute la journée. Je vais me coucher, babe n’est que très rarement présente de toute manière.

Je dors un bon moment, je suis réveillé par babe pour papoter un peu. J’ai tellement de mal à rester éveillé entre deux phrases que j’en suis inquiet. Je vais réduire mes antidépresseurs, je pense que cela ne me réussit pas du tout. J’en suis presque à souffrir de narcolepsie.

Je parviens tout juste à vraiment me réveiller et lire des choses intéressantes, mais j’aurai mis vraiment beaucoup de temps. Je bois de l’eau glacée, on ne sent pas le goût et cela réduira un peu mes maux d’estomacs qui bien que légers m’énervent, comme tout le reste. Babe est partie me chercher un cadeau. Je pourrais sortir, mais je ne vois pas vraiment pour quelle raison. Je n’ai envie de rien dans le monde des vivants. Je suis très bien devant mon petit écran noir. Du texte et de la musique dans les oreilles. Tout est parfait de cette manière. J’ai encore les paupières lourdes, je sais que je pourrais dormir deux heures de plus. Le ferais-je ? Cela voudra dire que je ne vais pas dormir cette nuit encore correctement. C’est vraiment perturbant. Je lutte.

GojiraMagma (2016) • Analog – Harder • 3/5

Je fais une sieste décidée. Je dors trente minutes environ en faisant des rêves très vivants et intéressants. Je ne me souviens pas assez bien, mais je me réveille de bonne humeur et je ne suis pas trop épuisé non plus. J’avais arrêté l’aircon, j’étais sous une légère couette propre, le monde pouvait tourner dans tous les sens, cela ne me dérangeais pas. Je me réveille dans de si belles conditions que j’ai froid. Je mets une paire de jeans et ma polaire d’hiver en France. Comme si je n’étais pas en plein Manille, en été ou presque. Seuls mes yeux sont un peu fatigués, mais mon esprit est léger, enfin. Je bois de l’eau glacée, j’ai quelques frissons.

Je pense à nouveau. Ce n’est pas trop tôt. J’imaginais qu’il fallait dire des choses intéressantes sur mon site, mais ce n’est pas le cas. Ou bien disons que ma vision de l’intérêt est faussée par un perfectionnisme et un snobisme mal placés. Je me rends compte que raconter une vie, même simple et monotone, est plus intéressant que d’écrire des articles qui pullulent déjà de partout et ne sont pas originaux. Je ne comprenais pas que ma vie est forcément originale, que personne d’autre ne peut l’avoir et donc que cela lui donne une certaine valeur contrairement à des articles bien rédigés sur des sujets que tout le monde aborde déjà. C’est ainsi que mon écriture doit rester. Il n’y a pas de mal à y ajouter des éléments extérieurs comme des références musicales, à des idées en vogue, ce genre de choses, mais cela doit vraiment refléter qui je suis. Cela tombe bien, parce que mon unique publication est, et sera : « Qui est Jules Walser ? ». Il pourra exister de petites publications autour, quelques poèmes, ce genre de choses, mais qui ne seront pas déterminantes du tout.

FloorOblation (2014) • Analog – Hard • 4/5

Il m’aura fallu du temps pour me remettre en ordre de marche. Pour savoir ce qui m’est destiné ou non, quel reboot sera le meilleur pour moi. Et tous les changements qui s’opèrent autour de moi, ne sont pas contre moi, mais sont les vecteurs du reboot. Un nouvel appartement, une nouvelle activité totale et simple, qui est en accord avec ce que je suis vraiment. Le reste n’est là que comme un accident, rien n’est déterminé autour de mon reboot. Le reste n’est qu’une sorte de nourriture. À moi de me gaver ou non, d’en consommer ou non, je suis le maître de mon propre jeu. Les règles ont changé, je les écris moi-même. Je relance les dés quand je suis insatisfait comme dirait Hobbes.

Fifty Foot WomanFifty Foot Woman (2010) • Analog – Hard • 5/5

18h10. Je lis quelques articles de fond sur comment fonctionne une certaine partie du monde. Rien de fascinant mais c’est un long article en Anglais. La nuit tombe et je ferme le rideau et allume une ampoule. Je ne sors pas de chez moi. Je me contente du minimum. De la musique, du texte et quelques crackers, ce qui se rapproche le plus d’un aliment sec et neutre ici. Je bois toujours autant d’eau et rien d’autre. Je suis toujours très habillé mais je me sens bien ainsi. Je tuerais pour une cigarette ou un pétard mais nous n’avons pas toujours le choix des armes. Ici, je n’en ai aucune, je dois l’avouer et le prendre en compte.

Je repense au site Drop Out que je lisais il y a des années. Je me pose des questions sur la technologie en soi et l’asservissement du peuple ou sa libération. C’est serré comme situation. J’entends les voisins regarder un match de foot et crier en chœur quand il se passe quelque chose, toutes les dix secondes. Je remets mes écouteurs. Qui est le plus asservi ? La différence n’est pas énorme. Je pense à faire un feu dans la nature, correctement, fumer des pétards sur l’herbe grasse près de la rivière. Une forme de nostalgie d’avant le réseau. La technologie est une chose, le réseau en est une autre, bien plus puissante, une accélération sans fin visible pour l’instant. Je pense au très bon livre Accelerando de Charles Stross. Je vais repartir lire des choses. J’aime mouliner dans le vide, mais il existe des limites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s