Une étrange nuit, agitée. Babe n’a toujours pas de réponse de la Chine. On lui offre des jobs bons pour Manille uniquement avec des salaires bas par conséquent. Mais ce sont des offres de professeur dans des écoles internationales. On lui demande même de commencer lundi prochain. Et elle doit refuser et attendre encore pour la Chine. De toute manière, si elle prend l’un de ces jobs, elle ne pourra pas quitter sa maison et c’est la seule chose qui m’importe, même si elle doit attendre encore un mois de plus. Cela occupe tout son esprit et une bonne partie du mien en conséquence.

Okay, je reviens en Français et tout à coup le courant s’accélère, les rapides sont là, avec les cailloux affleurant la surface de l’eau. Je peux tout raconter et pas uniquement aujourd’hui, cela peut être hier ou demain. Le journal est le lieu de vérité et de compilation de tout ce que je fais, découvre, voit, aime, déteste etc. Ma vie entière, parfois lente et peu intéressante, parfois avec des morceaux intéressants dedans.

Black Belt Eagle ScoutMother of My Children (2018). De la Dream Pop tout à fait paisible pour écrire. Il est difficile d’en trouver de la bonne, avec une voix féminine qui me plaise, mais ce disque y réussit. Je le garde, 3/5.

J’ai fermement décidé de laisser tomber Medium et aussi Grammarly. Je n’écris plus rien en Anglais, à part quand je discute avec babe forcément. Ainsi, je garde mon WP et c’est mon lieu privilégié pour tout écrire. Peut-être que d’autres choses qu’un simple journal adviendront plus tard, je me laisse le temps, je ne me mets aucune pression car c’est inutile voire pire.

Je viens d’annuler les inscriptions, encore des économies de faites pour des choses qui n’en valent plus la peine. Je n’ai besoin de rien d’autre qu’Apple Music, Ulysses et mon site WordPress.

Emma Ruth RundleOn Dark Horses (2018). Une voix féminine vraiment spéciale dans ce qui pourrait presque être du rock, dans la même veine que les anciens disques de PJ Harvey dans les années 90s. Je garde bien sûr, 4/5.

J’en ai assez des cafés, même s’il fait plus frais que d’habitude. Je suis obligé de fermer les fenêtres à cause des travaux au bout de la rue. Je bois donc du faux Coca Light qui ne coûte rien mais doit être un vrai poison, encore pire que la vraie marque. Je suis en t-shirt mais j’ai mis mon pantalon de Systema pour être correctement habillé pour le temps qu’il fait. J’ai fait une toilette matinale, je me sens d’une humeur égale.

Je n’ai pas spécialement de regrets quand j’y pense sérieusement. Les choses se sont passées ainsi, je n’y peux rien, c’était difficile par le passé de gérer une existence acceptable. Je ne sais pas vraiment ce qu’il en est aujourd’hui. Cela me semble plus facile mais aussi plus dangereux.

Il pleut, cela me fait du bien. Je crois que l’eau chaude ne fonctionne toujours pas. On verra ce soir quand je prendrai ma douche si je me pèle les miches sous l’eau. Si c’est le cas, je préviens le propriétaire, une fois encore pour lui demander des comptes. Je paie pour un appartement qui fonctionne entièrement.

Babe a dû terminer son cours particulier mais elle ne me contacte pas. Elle doit galérer comme d’habitude dans les embouteillages de Manille et les transports en communs complètement fous. Je mange trop de choses sucrées. J’ai envie de me coucher maintenant, je me sens fatigué. Je bois encore un peu de Cola pour faire glisser et j’attends la fin du disque.

Je fais une sieste comme prévu. Babe me réveille, toujours dans les transports en commun. Elle passe devant l’endroit où j’habite quand je vais à Manille. La moitié de la distance par rapport à la maison de sa famille. Il pleut ici, c’est agréable. Il pleut là-bas aussi, un temps à câlins dit babe. Mieux que le typhon qui est passé il y a quelques jours c’est sûr. J’hésite à me recoucher après un repas rapide. Babe est loin d’être arrivée. Et même si j’ai un nouveau disque intéressant à écouter, je me sens mieux dans mon lit à me reposer, en laissant mes médicaments de midi faire le reste du boulot.

Babe arrive à la maison à 20h (pour elle). Et elle n’a pas encore mangé. JN est à l’hôpital avec sa sœur qui a fait une crise cardiaque ou quelque chose dans le genre. Babe ressort donc sous la pluie pour s’acheter à manger. Heureusement, à Manille, il y a toujours à manger, à n’importe quelle heure.

Je dors encore un peu dans ce cas et je fais bien. Je n’ai jamais assez de sommeil. Pourtant je me suis couché tôt hier. Cela ne change rien. Babe n’est toujours pas rentrée ou bien elle ne dit rien. Elle me contacte au moment où elle se couche. Elle est déjà nue. On se fait une vidéo comme d’habitude où l’on travaille le langage des signes, ce qui n’est pas facile quand j’ai sa paire de seins juste en face de moi. Et elle le sait bien.

Je ne suis pas spécialement fatigué mais je vais dormir encore un peu. J’en ai assez des heures. J’entends la cloche qui sonne 18h00 même la fenêtre fermée. Une sieste d’une heure sera la bienvenue. Je ne suis pas satisfait de ce que j’écris pour le moment. J’ai besoin de travailler plus avant sur la question.

Ce qui signifie peut-être ne pas publier encore pendant quelques temps. Ou bien m’en foutre et publier les choses brutes, avec les doutes permanents sur ce que je dois écrire, ce que je dois faire et plus.

Jeanne AddedRadiate (2018). Un très bon second disque de la Française. Je l’ai vue en concert dans une petite salle, juste devant moi, c’était un concert énorme et pourtant je suis habitué aux concerts de brutes.

Babe m’a demandé aujourd’hui si je préfèrerais qu’on vive en France. Ce serait vraiment le plus simple. Le problème serait de lui trouver un travail ici. Et encore, ce n’est pas le plus gros problème, c’est qu’il faudrait que je me marie avec elle pour qu’elle soit Française. Et je ne suis pas prêt à me marier avec elle, ni avec personne d’ailleurs. Je n’aime pas cela. Et il faudrait d’abord se débrouiller avec ma seule ressource de l’État qui semble aller dans une mauvaise direction. Elle pourrait donner des cours particuliers en douce, suffisamment pour s’en sortir tous les deux. Mais je pense que je ferais mieux de partir dans un autre pays à moyen terme. Ou bien jongler entre deux pays, ce qui me paraît le meilleur pour moi. Je ne sais pas pourquoi je désire à la fois la France et à la fois l’étranger.

Si babe est en Chine, ce qui devrait être le cas, elle me dira que peut-être la Chine est un pays intéressant, qui sait ? Ce n’en est pas un pour moi quand j’y pense mais je n’ai aucun argument rationnel allant dans ce sens. Le mieux pour moi serait bien sûr le Japon, même si je dois me contenter de solitude, comme dans les autres pays. Je ne vois pas ce que vient faire la solitude dans cette histoire. Je suis solitaire, où que je sois, même en France.

J’écoute de la soupe et pourtant je ne suis pas défoncé. Je crois que beaucoup de choses changent en moi en ce moment. Vraiment tout se trouve étrangement secoué. J’efface mes traces, je deviens quelqu’un d’autre, chose que je n’ai jamais vraiment faite lors de mon dernier Reboot.

Ce soir, je n’ai rien d’autre à faire que penser à cela. Que faire de Jules Walser ? Qui est-il en train de devenir ? Quelqu’un de plus normal, de moins extrémiste pour certaines choses et l’inverse pour d’autres. Par exemple pourquoi j’écoute ces musiques qui sont Pop alors que je n’aime pas le genre du tout. Je tombe enfin sur quelque chose de croustillant. Une réédition de Waiting For the Sun de The Doors avec différents mixes et aussi quelques pistes live de 1968 en Europe. C’est le groupe qui m’a fait partir en vrille quand je n’étais qu’un petit adolescent. D’un seul coup, un monde s’est ouvert à moi. La drogue, le psychédélisme et le bordel des années 1967 à 1972 en général. Je collectionne les disques des Doors depuis et avec internet, j’en ai trouvé des tas. Encore un à mettre dans la discothèque géante. Cela me donne envie de fumer un pétard, ce que je vais faire avec joie.

Il faut vraiment que je vois AZ. Déjà parce que j’aime bien papoter avec elle. Et aussi parce que j’ai besoin de drogue, si possible en assez grande quantité pour que je n’ai pas à en redemander tout le temps.

Je peux faire n’importe quoi est probablement ce qui doit jaillir de ces jours et ces mois qui viennent. Je ne dois pas perdre cela de vue. Ce devrait être mon premier mantra, le mantra zéro pour bien faire.

Comme le stick me donne faim, je me fais des pâtes dans la nuit en même temps qu’un thé. Peu importe. J’écoute les nouveaux mixes des morceaux avec attention, c’est assez intéressant. Bien sûr aucune réédition ne vaudra les disques primitifs. Mais peu importe comment c’est arrangé, c’est toujours bon.

Je marche un peu dans l’appartement, avec mon thé, le chat me tourne autour. Ma journée s’éclaire un peu. Au sens comme au figuré. J’ai allumé la lampe principale, le plafonnier de mon salon et la nuit me paraît tellement différente des autres nuits. Il ne fait pas trop chaud. Des objets sont là, tout autour. Les pâtes chauffent mais ce n’est pas l’important. Je me vois en train d’écrire, de me poser des questions alors que mes doigts s’agitent toujours seuls sur mon clavier. Nul besoin de réfléchir. Je suis comme attiré par ces symboles.

PyrexiaUnholy Requiem (2018). Du Death Metal approximatif, 2/5.

Je pense à nouveau à la musique alors que j’écoute une sorte de Death Metal de qualité médiocre mais qui passe quand même. Les gens qui boivent du vin dehors font un bruit insupportable, malgré mon casque, entre les morceaux. Je n’aime pas ça, les gens qui sortent, qui se mettent au milieu d’une rue et qui boivent du vin de riche en parlant le plus fort possible. Je les ignore donc avec la musique brutale mais bienvenue.

Irreversible Mechanism — Immersion (2018). Une sorte de Progressive Deathcore honnête, 3/5.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s