J’envoie une salutation habituelle en me levant. Babe ne s’est pas connectée depuis sa dernière phrase d’hier soir. Ce n’est pas de très bon augure. Elle me répond finalement assez rapidement mais la conversation ne prend pas vraiment. De toute façon elle est en route pour un cours particulier, c’est foireux d’écrire dans les transports en commun, encore plus à Manille qu’ailleurs.

Je fume une cigarette avec mon second café. Ce n’est pas très bien parce que je m’en passe plutôt bien en ce moment, mais je ne suis pas de bonne humeur et je me fous un peu de tout. De plus je dois me laver les cheveux avant de remettre un patch qui m’empêche de fumer totalement.

FórnRites of Despair (2018) : @analog #hard(er) 3/5.

Okay, babe ne me dit rien, la conversation est morte toute seule, même si j’ai un peu essayé. Mais je suis encore ennuyé par hier soir. Et puis, je me dis que je pourrais dormir plus si je voulais. Je n’ai que ça à faire (enfin non, mais je n’ai pas d’urgence). Je finis mon café et je retourne au lit. Je ne me sens pas de faire mieux maintenant.

Quand je me relève, vers 11h30, j’espère que le monde tournera mieux et bien non. Il fallait s’y attendre. Babe répond de façon minimale et sporadique. J’abandonne et je pense à retourner me coucher pour oublier. Je viens de comprendre que vendredi c’était demain et que donc AZ vient demain. C’est gentil mais je dois nettoyer un peu les poils de chats. On verra demain matin. Il fait froid le matin et chaud l’après-midi comme en été ou presque. C’est l’heure où j’ai le soleil dans la figure et sur mon laptop. C’est désagréable. Oui, décidément, je serais mieux au lit à me reposer, cela ne coûte rien et je peux oublier à peu près tout.

13h57. Babe n’a pas dit un mot depuis 12h09. Elle ne veut pas parler. Elle pourrait me le dire tout simplement et je la laisserais tranquille, mais non. Je lui demande. Je n’ai pas de réponse. J’imagine qu’elle déprime pour la Chine, mais bon, est-ce une bonne raison pour me faire me sentir mal ? On dirait que oui.

  • Virulent DepravityFruit of the Poisoned Tree (2017) : @analog #harder 4/5.

Le chat se délecte de la flaque de soleil sur le tapis. Il se roule, se lèche et finit par se vautrer comme un phoque. Je le regarde, je n’ai envie de rien, ni faire, ni avoir, ni être, ni rien. Je vais fumer un stick, c’est le dernier rempart contre être le fait d’être déprimé par une chose quand on est déjà un dépressif chronique (double peine).

  • The Weather UndergroundNo Sanctuary (2016) : @analog #harder 3/5.

Babe ne peut plus parler de choses importantes. Elle est super anxieuse. Ça se traduit même par des symptômes physiques, comme dans mon cas. Babe s’arrache les cheveux, je ne sais plus le nom. Normalement ça va, mais là, c’est tellement tendu qu’elle tente n’importe quoi pour occuper ses mains et faire des trucs idiots pour ne pas penser. On discute un moment de sujets légers, obligatoirement. Cela la tient en vaguement en dehors de son anxiété mais pas assez. Elle termine la discussion de la journée par un « okay babe » assez triste alors que je la rassurais. Je ne peux rien faire de plus. Et de mon côté, je passe une journée à ne rien faire de concret si ce n’est manger des trucs mauvais pour la santé.

Je lis Le Monde sans grande conviction mais je sais ce qui se trame autour de moi, bien que je ne participe pas spécialement. Maintenant, il est tard, je ne me sens pas de faire autre chose que de dormir avant la nuit, tout bonnement. Une journée de sommeil ou presque. Oui, ça s’appelle aussi la dépression.

  • Doomriders — Black Thunder (2005) : @analog #hard 3/5.

Je me réveille à vingt heures. La nuit est tombée, nous sommes bien en automne, même s’il ne fait pas froid. Je mets la musique sans casque, j’ai entendu la voisine japonaise arriver, je n’en ai rien à foutre, tout le monde est bruyant et impoli dans cet immeuble (sa télévision en Japonais est terrible).

Il va être temps de me laver les cheveux et de sécher tranquillement ensuite pendant la soirée. Peut-être vais-je jouer un peu aujourd’hui ? Je suis entre abandonner totalement et me dire de ne faire plus que cela. La musique que j’écoute est une vieillerie comme on n’en fait plus. L’album art est hideux. Mais je m’en moque, c’est un album que je connais bien. Mais il est vrai que je me soucie vraiment (peut-être trop) des pochettes des albums dans ce que j’écoute. Souvent, cela en dit long sur la musique que l’on va entendre. Il y a des codes, ils ne sont pas si complexes à déchiffrer au bout d’un moment.

Une cigarette, une longue douche. 21h09. Maintenant je sèche en écoutant de la musique, dans un appartement qui n’est pas mauvais du tout, mais que je n’arrive pas à m’approprier totalement. Mon vieux t-shirt de Monster Magnet devient trop petit et je deviens dans le même temps plus gros.

  • The UglyThanatology (2018) : @analog #harder 4/5.
  • The Black Dahlia MurderNightbringers (2017) : @analog #harder 4/5.

Je lis des articles jusqu’à 22h26. Je ne me sens pas vraiment bien, mais je n’ai pas pris mon troisième anxiolytique pour l’instant. Cela changera tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s